Le réveil de la chanson wallonne.

WilliamDunker.jpg

William Dunker est né à Charleroi le 15 mars 1959.

Ce chanteur a complètement rénové la chanson en wallon dans les années 2000. Il avait commencé par se faire connaître, sous le pseudonyme d'Alfred, en reprenant des succès classiques. 

 

En 1985, William Dunker sort un 45-tours en wallon, Todi su'l voye, qu'on passe souvent à la radio même en dehors des émissions wallonnes (ce qui est une nouveauté pour des chansons en wallon). Reprise en CD en 1996, la chanson connaîtra un nouveau succès.

 

Ensuite, il va s'associer avec André Gauditiaubois qui deviendra son parolier pour un album complet intitulé Trop tchôd.

En 2001, ils sortent encore une nouvelle série de chansons, Ey adon, avec des musiciens professionnels.

En 2002, William Dunker interprète une chanson avec les Corses I Muvrini : Erein Eta Joan - D'ji Sènme è Dji M'e Va.  En 2007, il sort un nouvel album Ca va bén.

 

Il est clair que le succès de Toudi su l’vôye a donné un fameux coup de pied dans la fourmilière wallophile... Enfin, diffusée à grande échelle, de la chanson wallonne avec un son jeune ! Enfin, le grand public se rend compte qu’il n’y a pas que Bob Dechamps (malgré toute l’admiration que je lui porte) et l’accordéon pour mettre le wallon en musique. Enfin, l’on se rend compte que la chanson wallonne se défend commercialement ! William Dunker, a essuyé la critique de nombreux « vieux barbons »... ce qui ne l’empêche pas de continuer.

Cela fait plus de vingt ans que William Dunker marie harmonieusement, avec la complicité de son parolier André Gauditiaubois, la langue wallonne et le rock. Leur volonté commune est de créer des chansons où textes et musiques sont parfaitement adaptés l’un à l’autre. Il faut bien avouer que ça marche drôlement bien, à tel point que, selon William les gens ne s’aperçoivent que c’est du wallon que s’ils sont très attentifs.

En 84, il participe au Grand Prix de la Chanson wallonne (« pour le fun ») et remporte le prix

du jury des jeunes et le prix spécial du grand jury, avec Toudi su l’Vôye et Djan Pinson.

« C'étaient souvent des chansons avec accordéon. Moi j'ai tout chamboulé avec une sonorité électrique » dit-il. Dans la foulée, il vend quelques 45-tours, mais il devra attendre 1997, et sa rencontre avec Kevin Mulligan, guitariste et producteur américain, pour trouver une chance de sortir de l’ombre. La firme Franc’Amour se laisse convaincre et se jette à l’eau, un peu par défi. Il en sortira l’album Trop Tchaud  et le succès que l’on connaît.

 Le public aimait tout de suite et pourtant quand je le rencontre après les concerts, je me rends compte que les gens ne comprennent pas le wallon ou très peu. Ils ne voient cependant plus cela de façon ringarde.

Cela a effectivement ouvert une brèche dans l’image de marque du wallon car les portes étaient relativement closes. »

Outre le hit Toudi su l’Vôye, numéro 5 au top 50, l’album Trop Tchaud, disque d’or, nous offre de bien belles balades avec Trop Tchaud et Djan Pinson, quelques blues dont le revendicateur Black Country Blues, ainsi qu’un savoureux Mambo dèl Loke à rloktér.

En 2001 sort son deuxième album, Ey’ Adon !, tout-à-fait dans la même veine, peut-être globalement un peu plus intimiste, mais avec la même qualité de réalisation, les mêmes musiciens, parolier et arrangeur. Notons la très belle balade latino Dijèz-m’çoula, le hit country Condroz-Western, le blues musclé On n’pout nin ièsse pus katolike k’èl Pape...

« Je suis prêt à devenir le flambeau d'une communauté, d'une culture, si ça peut faire bouger les choses. L'identité wallonne existe mais c'est un sentiment tellement intérieur que même les politiques ne le voient pas. La culture wallonne est très riche du point de vue du langage, des idiomes, des expressions. Il suffit de faire trois kilomètres autour de Charleroi et les mots changent déjà. Le problème, c'est que certains rêvent d'une culture wallonne unique, avec des dictionnaires et des cours à l'école, je trouve ça dommage. La transmission par les parents devrait suffire. Mais elle se fait de moins en moins, c'est ça qui est triste. Mes enfants comprennent le wallon parce que je le leur ai parlé mais entre eux, ils parlent français. C'est plus une connaissance passive. (...) Mon CD est là pour que les gens soient séduits par la musique puis découvrent les paroles. C'est pour ça qu'on a mis dans le livret la traduction en français. Pour aider a la pénétration, pour éveiller à la culture wallonne.»

 

(Extrait de : Tchantans nosse bia lingadje…Mémoire présenté par Xavier Bernier

Pour l’obtention du Lauréat en Pédagogie Musicale)

 

 

Toudi Su'l Voye

Toujours Sur La Route

Dji n'sé nén c'qui y a

Je ne sais pas ce qu'il y a

Dji m sint bén flagada

Je me sens bien fatigué

Dji n' sé nén c'qui y a

Je ne sais pas ce qu'il y a

J'ai jamais s'tî comm' ça

Je n'ai jamais été comme ça

Dj'en' n' d'é m'sau d'iyesse toudi su'l voye

J'en ai mon saoul d'être toujours sur la route

Toudi su'l voye, toudi su'l voye

Toujours sur la route, toujours sur la route

Mi j'ai s'tî partout

J'ai déjà été partout

Di Marcinelle jusqu'à Gembloux

De Marcinelle jusque Gembloux

J'ai pris ostant d'train

J'ai pris autant de trains

Qu'tu n'as d' dwèt su un' mwain

Que tu n'as de doigts sur une main

Et mi dj'ai bû tell'mint d'bistouille

Et j'ai bu tellement de café "arrosé"

Qui dj'm'arrach'reu les pwés d'mes ch'vias

Que je m'arracherais les cheveux

Dj' voureu bén daller aux U. S. É

Je voudrais bien aller aux USA

Y paraît drola tout est toudi bén

Il paraît que là-bas, tout est toujours bien

Mais mi dji'm pôse un' biyesse question

Mais moi je me pose une bête question,

Est-c'-qu'à Nou York i pâlent Walon ?

Est-ce qu'à New-York on parle wallon ?

Dji n' sé nén c'qui y a

Je ne sais pas ce qu'il y a

Dji m'sintais bén flagada

Je me sentais bien fatigué

Dji n' sé nén c'qui y a

Je ne sais pas ce qu'il y a

Té ! R'wéte asteur, ça va mia

Tiens, regarde, maintenant ça va mieux

Eyet n'boune pinte allé evoye

Avec une bonne pinte, allez, en route,

Toudi su'l voye – toudi su'l voye

Toujours sur la route, toujours sur la route